French / Français

The objectives

 

Phase #1: observe

 

Since the changes are already here, the international research hub established within the program, with a network of partners in Latin America, China, Africa, Europe – universities, research labs, design offices, businesses, and territorial authorities – together with IVM’s networks around the world, is seeking to observe on-the-move activities as they are today, with all their diversity of situations and mobile objects. The investigation will include activities, objects, adaptations of public policies or spaces.


Already, traditional, new or updated mobile services and activities are being invented and proliferating. They can be found among the poorest – often informal and makeshift – or in the world of luxury (for the richest, the airplane becomes an office, the automobile a sports hall or a home cinema…).
Whereas urban gatherings and temporary cities – for festivals or political or cultural events – revive memories of the mobile cities of the 1970s, 3-D printers have opened up the way to large-scale mobile platforms (hospitals, laboratories, temporary factories, factory-boats) and to agile maintenance within easy reach of users (in situ repair and production of missing or damaged parts, manufacture of personalized prostheses).

The roll-out of the 4G mobile telephony, the spread of the smartphones and the enthusiasm for social media, are facilitating the development of a variety of mobile services: in-flow delivery, food trucks, bicycle repairs and mobile libraries, hairdressers, assistance to the
homeless…


Thanks to an internet connection, sometimes precarious and unstable in the poorest neighborhoods and cities, new interactions, both presential and remote, are emerging between users and service providers, generating public micro-spaces of varying longevity, connected to the flows that are often the source of these activities.

Some mobile public services – mail, healthcare, education… – make particular sense in areas where population density is too low for a stable activity to settle.


The field of observation excludes urban services (such as street cleaning, garbage collection…): while such services may undergo big changes, such future robot-vehicles cannot in principle constitute places, since they are not habitable.

The cases studied will need to be chosen in different territories (dense inner-city, suburbs, countryside, wealthy and working class neighborhoods…) and may include existing or projected practices, or even abandoned projects, provided that the reasons for their failure are analyzed. Also included may be certain high-traffic zones (freeway pull-off areas, intersections, temporary markets…).

Phase 3: identifying potentials for development with the ACV

 

Between low-tech and high-tech, DIY or factory modifications, is the ACV a possible accelerator of transformations in practice?


Mobility objects –second-hand cars, vans, “small mobility objects”, tuk-tuks…–are already being adapted, customized, to accommodate new or revived activities, whether digital or physical.


They are often diverted from their initial uses, either through tinkering or sometimes simply through the incorporation of a connected “high-tech” component (currently often a smartphone and its numerous applications, in the future on-board systems or robotics).


These objects help us to identify the criteria that ACE vehicles will need to meet in order to become an appropriate medium for the development of new activities and a mobile urban micro-space in their own right. These characteristics may vary depending on territories, cultures, individual practices.

Phase #2: analyse

 

In the second phase, explorations – interviews, observation, geographical or architectural analyses, analysis of economic sectors, guided tours, documentary, narrative, sound recording, computer graphics… – will help to identify practices that are already contributing to the transformation, sometimes, temporary, of the places they are implemented.


How do these activities contribute to the creation of new urban micro-spaces that challenge the boundary between mobility and immobility?


The generalized connectivity that creates the conditions for
teleworking, enhanced last-mile logistics, the sharing of mobility objects, collaborative mobility services, real-time information on traffic conditions…

 

We are seeing the early signs of hybridization of lifestyles and business activities – the bicycle rider who delivers home meals, the multi-skilled entrepreneur… – and of a rise in the complexity of the interactions between mobile activities, urban territories, and individuals.

DOWNLOAD THE PROJECT PRESENTATION (2018)

Phase 4: imagining tomorrow’s mobile hyperplaces, urban micro-spaces or producers of urbanness, and developing a demonstrator?


What will be tomorrow’s mobile hyperplaces? What impact will they have on public space, whether activities take place in a dense urban environment already equipped with equivalent fixed amenities, or in low-density areas where the conditions for success will need to be created?


Connected to information, energy and transport flows, the mobile activities arising and proliferating through the arrival of hybrid and multifunctional vehicles are likely to be singular in their relation to space.
Will they contribute to the reorganization of the places they pass through, or even to the production of new places? Will the new spaces thus created allow friction, human interaction, unexpected encounters or experiences?

 

Will they contribute to urban community, or conversely reinforce a tendency towards the hyper-privatization and hyper-personalization of public space?

Will these connected mobile urban places be catalysts for a new urban condition, or simply “capsules” that consolidate existing social divisions?

 

In short, will they become hyperplaces? What roles will city authorities play in regulating them and guaranteeing their spatial quality?, What impact will these changes have on the profession of urban design?
 

This program is part of a process that affirms the right of the city for each and every person. It seeks to develop proposals that correspond to a belief in public space, in democratic access to urban amenities. The proposer demonstrators will need to be service-oriented.
 

The purpose of the international analysis of varied examples of use is thus to generate debate around these new practices and their urban implications. A prototype mobile urban service will be developed with the project’s partners.

 

Les objectifs

 

Phase #1 : observer

Puisque les mutations sont déjà là, le hub de recherche international mis en place au sein du programme, avec un réseau de partenaires en Amérique Latine, Chine, Afrique, Europe – universités,
laboratoires de recherche, bureaux d’études, entreprises et territoires – ainsi que sur les réseaux de l’IVM à l’étranger, vise à observer aujourd’hui les activités en mouvement : diversité des situations d’usage, diversité des objets mobiles. Seront considérées des activités, des objets, des adaptations des politiques publiques ou des espaces.


Déjà, des services et activités mobiles, traditionnels, nouveaux ou revisités, s'inventent et se multiplient dans les flux. Ils se déploient chez les plus pauvres – souvent informels, bricolés – ou dans le monde du luxe (pour les plus riches l’avion devient bureau, la voiture une salle de sport ou un home cinéma…).
Alors que les rassemblements urbains et les villes éphémères – à l’occasion de festivals ou d’événements politiques ou culturels – font resurgir l’imaginaire des villes mobiles des années 1970, les imprimantes 3D ouvrent la voie aux plateformes mobiles à grande échelle (hôpitaux, laboratoires, usines éphémères, bateaux-usines) et à la maintenance agile, au plus près des usagers (dépannage et production sur place de pièces manquantes ou endommagées, fabrication de prothèses personnalisées).

Le déploiement de la téléphonie mobile 4G, la généralisation des smartphones et l’engouement pour les réseaux sociaux facilitent le développement de services mobiles variés : livraison dans le flux, foodtruck, réparation de vélos, mais aussi bibliobus, salon de coiffure, assistance au plus démunis…


Grâce à une connexion Internet, parfois précaire et instable dans les quartiers et les villes les plus pauvres, de nouvelles interactions, en coprésence et à distance, apparaissent entre usagers et prestataires de services, génératrices de microespaces publics plus ou moins temporaires, branchés sur les flux auxquels souvent ces activités se raccrochent.
Certains services publics mobiles – poste, soins, éducation… –  prennent particulièrement sens dans les territoires où la faible densité de population ne permet pas l’implantation d’une activité fixe.


Seront exclus du champ d’observation les services urbains (type nettoyage des rues, camion-poubelles…) : s’ils peuvent à l’avenir connaître de larges transformations, ces futurs véhicules-robots ne sauraient a priori constituer des lieux, par défaut d’habitabilité.

Les cas étudiés seront choisis dans des territoires divers (centre urbain dense, périurbain, rural, quartiers aisés comme populaires…) et pourront concerner des pratiques ancrées ou en projet, voire des projets abandonnés dans la mesure où les raisons de leur échec seront analysées. Pourront également être considérés certains lieux de flux (aires d’autoroutes, carrefours, marchés temporaires…).

TÉLÉCHARGER LA PRÉSENTATION DU PROJET (2018)

Phase #2 : analyser


Dans un second temps, des explorations – sous forme d’entretiens, d’observations, d’analyses géographiques ou architecturales, d’analyse de filières économiques, de parcours commentés, de documentaires, de récits, d’enregistrements sonores, d’iconographies… - permettront d’identifier et analyser des cas d’usage qui déjà contribuent à transformer, parfois temporairement, les lieux dans lesquels ils se déploient.


Comment ces activités contribuent-elles à créer de nouveaux micro-espaces urbains qui interrogent la frontière entre mobilité et immobilité?


La connectivité généralisée permet le télétravail, l’optimisation de la logistique du dernier kilomètre, la mise en commun d’objets de mobilité, des services de mobilités collaboratifs, l’information en temps réel sur
les conditions de trafic…
On assiste aux prémices d’une hybridation des pratiques et des métiers – le chauffeur de VTC livreur de repas à domicile, l’autoentrepreneur polyvalent…- et d’une complexification des interactions entre activités mobiles, territoires urbains et individus.

Phase #3 : identifier les potentiels de développement avec les VAC

Entre modifications low tech ou high tech, bricolées ou usinées du véhicule, le VAC constitue-t-il un accélérateur possible des transformations d’usages ?


Des objets de mobilité –voitures d’occasion, camionnettes, pod «petits objets de mobilités», tuk-tuk…–sont déjà aujourd’hui adaptés, «customisés», pour en faire les supports d’activités nouvelles ou renouvelées, numériques ou physiques.


Ils sont souvent détournés de leurs usages premiers, grâce au bricolage ou parfois la simple intégration d’un élément «high tech» connecté (aujourd’hui souvent le smartphone et ses nombreuses applications, demain les systèmes embarqués ou la robotique).


Ces objets permettent d’identifier les critères auxquels le VAC devra répondre pour devenir un support approprié au développement d’activités nouvelles, et constituer un micro-espace urbain mobile. Ces caractéristiques pourront varier en fonction des territoires, des cultures, des pratiques des individus.

Phase #4 : penser les hyperlieux mobiles de demain, micro-espaces urbains ou producteurs d’urbanité, et développer un démonstrateur

Quels seront les hyperlieux mobiles de demain? Quel impact auront-ils sur l’espace public, que les activités se déroulent en milieu urbain dense déjà pourvu en aménités équivalentes fixes, ou en zones peu denses où il faudra accompagner les conditions du succès ?


Branchées sur les flux informationnels, énergétiques et de transport, les activités mobiles induites et multipliées par l’arrivée des véhicules hybrides et multifonctionnels, devraient ainsi entretenir avec l’espace un rapport singulier.


Participeront-elles à la recomposition des lieux traversés, voire à la production de nouveaux lieux ? Ces nouveaux espaces ainsi créés permettront-ils aussi la friction, l’interaction humaine, des rencontres ou des expériences inattendues? Pourront-ils contribuer à faire ville, ou risquent-ils au contraire renforcer une tendance à l’hyper-privatisation et à l’hyper-personnalisation dans l’espace public?

Les pièces urbaines mobiles connectées seront-elles des catalyseurs d’une nouvelle urbanité, ou une simple prolongation «en capsule» d’une forme d’entre-soi? En somme, deviendront-elles des hyperlieux? Quel rôle les villes auront-elles pour les réguler et garantir leur qualité spatiale ? Quel sera l’impact de ces changements sur le métier de concepteur urbain ?


Ce programme s’inscrit dans une démarche d’affirmation du droit à la ville pour tous et pour chacun. Il vise à développer des propositions qui s’inscrivent dans une logique d’espace public, d’accès démocratique aux aménités urbaines. Les démonstrateurs proposés devront être orientés services.


L’analyse internationale de cas d’usage variés vise ainsi à mettre en débat ces nouvelles pratiques et leurs enjeux urbains. Un prototype de service urbain mobile sera réalisé avec les partenaires du projet.

TÉLÉCHARGER LA BROCHURE D'ÉTAPE DU PROJET (2019)
DOWNLOAD THE MID-PROJECT BROCHURE (2019)

 A project by